sauv.net

·  Appel pour le rétablissement des horaires de français.
·  Révolution technologique.
·  Réforme du lycée et enseignement des lettres.
·  Des nouvelles du bac et du brevet.

  Réforme 2016 du collège.
 Qui sommes-nous ?
Nous sommes des enseignants de lettres et d'autres disciplines, des professeurs des écoles, des citoyens, animés par un idéal scolaire de gauche. Réunis dans un collectif fondé en 2000, nous sommes en lutte, depuis la "réforme" Allègre, contre l'affaiblissement, le dévoiement, voire la disparition de l'enseignement de la langue et de la littérature, et contre une série de transformations qui ont pour conséquence une baisse graduelle des exigences et des résultats de l'école publique. En savoir plus ...
 Adhésion & soutien
Vous pouvez relayer nos actions, nous informer de celles que vous menez ; vous pouvez nous envoyer un texte d'analyse, une contribution, un compte rendu d'ouvrage. Rejoignez-nous ou soutenez-nous !
 Propositions pour une nouvelle école démocratique
Tribune parue dans l'Obs du 18/04/2017 / Propositions pour une nouvelle école démocratique (Sauver les lettres)

      Télécharger le texte complet


12-02-18
 Dernière mise à jour
Actualité / 09/02/2018 / Analyse du rapport Mathiot portant sur la réforme du baccalauréat et du lycée (Fanny Capel, présidente de l'association Sauver les lettres).
Texte remis à M. Xavier Turion (adjoint au Directeur général de la DGESCO) qui a reçu Sauver les lettres le 9 février 2018.
Laissons tout de même le dernier mot, de bon sens, à M. Mathiot : « le changement ne se décrète pas, il se réalise progressivement et uniquement si les acteurs du système éducatif en acceptent les termes et le trouvent légitime » … Il nous semble que ces conditions ne sont pas réunies. La mise en oeuvre de cette réforme à marche forcée, la consultation tronquée des enseignants de terrain (avec des audiences qui se poursuivent moins d'une semaine avant les annonces du ministre), le caractère largement erroné, pour ne rien dire de son illisibilité, du rapport d'expert présidant à cette réforme, font plus que nous inquiéter : ils nous révoltent.
Analyse_SLL_du_rapport_Mathiot.pdf

Lire aussi : Réflexions sur la réforme du baccalauréat par l'association Sauver les lettres, transmises à la commission Mathiot

Presse / Le Monde du 08/02/2018 / Le bac est un rite institutionnel et politique (Entretien avec la sociologue Annabelle Allouch)
Le bac n’est pas seulement un rite individuel : c’est aussi un rite institutionnel et politique. En passant ses épreuves, l’élève rencontre la transcendance de l’Etat. Sa copie, anonyme, porte la mention « ministère de l’éducation nationale » : tout lui indique qu’il passe un examen national. Au baccalauréat, le candidat n’est pas jugé par un professeur, mais par l’Etat. L’anonymat de la copie est la promesse que tous les candidats seront jugés sur la même base - même si ce grand principe égalitaire et méritocratique ne se traduit pas dans la réalité. Depuis le XIXe siècle, le baccalauréat est le symbole du monopole de la République sur la certification des diplômes.

Actions / 29/01/2018 / Lettre ouverte à M. Jean-Michel Blanquer – Pétition. (Conférence des associations de professeurs spécialistes)
Aucune réforme d’une telle ampleur ne peut se faire à marche forcée. Les délais annoncés conduiraient, en l’état, à définir des épreuves, et à écrire des programmes dans la précipitation. Un tel calendrier est manifestement déraisonnable. C’est pourquoi nous vous demandons un moratoire sur la réforme du baccalauréat et du lycée.

Actions / Février 2018 / Décryptages
« Il ne servirait à rien de proposer une réforme que sa complexité intrinsèque ou son illisibilité rendrait caduque » (Rapport Mathiot p. 22)
Décryptage 1 de l'illisibilité : https://www.snes.edu/IMG/pdf/projet_mathiot_decryptage.pdf (site du SNES/FSU)
Décryptage 2 de l'illisibilité : Réforme du lycée en synthétique (Lycée Claude Monet, Le Havre)

Presse / Le Monde du 15/12/2017 / Parcoursup, qui succède à APB, risque de créer du stress continu pour les candidats et leurs familles (Entretien avec Bernard Koehret, créateur d'Admission post-bac [APB])
La plate-forme APB a-t-elle dysfonctionné cet été ?
La procédure a fonctionné normalement cette année. Mais lorsqu’on a 808 000 candidats inscrits en début de procédure sur APB, pour 654 000 places proposées dans l’ensemble des formations, je ne vois pas comment on a pu penser une seconde que la demande pouvait être satisfaite. Ce n’est pas APB qui explose, c’est l’enseignement supérieur qui manque de places, en particulier l’université.

Analyse / Le Sup en maintenance, 28/01/2018 / ParcourSup du virtuel au réel, lettre ouverte à ma ministre et ma chère collègue conseillère formation (Yann Bisiou)
À cause des capacités d'accueil, les 1000, 2000 ou 3000 dossiers devront être classés. Les 250 premiers seront admis, les suivants « en attente » le temps que certains renoncent parmi les 250 premiers libérant des places pour les 750, 1750 ou 2750 autres… c'est "l'absence de sélection sélective". Et là ça va prendre beaucoup plus d’une minute. Combien ? […] Pour lire tout ça il faudrait 10 mn par dossier. Entre 166 et 500h de travail, 5 à 14 semaines à temps plein pour dire OUI dans l’ordre. Vous l’aviez fait ce petit calcul ?

Réforme / 25/01/2018 / Mise en oeuvre de l'enseignement facultatif de langues et cultures de l'Antiquité. (BO n°4 du 25 janvier 2018)
Au titre de l'enrichissement qu'apportent les LCA à toute étude des langues, notamment celle de la langue française, l'accès à cet enseignement ne saurait être refusé à des élèves volontaires en tirant argument de leurs résultats scolaires, de leur comportement ou d'éventuelles difficultés entravant leurs apprentissages, quelles qu'elles soient. Aucune procédure de sélection ou de tirage au sort ne saurait être envisagée : les LCA doivent pouvoir bénéficier à tous les élèves intéressés.

Actions / 30/01/2018 / Communiqué de presse des associations littéraires APFLA-CPL, APLAES, APLettres, CNARELA, SEL et SLL.
La CNARELA, Sauver les Lettres, l’APLettres, Sauvegarde des enseignements littéraires, l’APFLA-CPL et l’APLAES renouvellent donc instamment leurs demandes : que les horaires de latin et de grec ancien en vigueur avant la réforme du collège soient rétablis en tant qu'horaires plancher au niveau national et qu'ils soient enfin financés par des moyens « fléchés » (c'est-à-dire réservés) dans les dotations horaires des collèges et des lycées, sans quoi les textes officiels resteront sans effet.

Analyse / 31/01/2018 / Rapport sur les Humanités au coeur de l'École (Pascal Charvet, inspecteur général honoraire)
En Europe, seule la France peut se prévaloir de proposer un enseignement optionnel de latin et de grec à tous ses élèves sur les deux cycles du secondaire. Mais, pour garantir cette égalité de l’offre éducative, encore faut-il que ce droit formel se concrétise en un droit réel et que les langues et cultures de l’Antiquité demeurent accessibles à tous sur tout le territoire, notamment dans les établissements de Rep et Rep+. Cet enjeu requiert une volonté clairement affirmée de toutes les instances et de tous les acteurs : ministère, académies, corps d’inspection, chefs d’établissement et professeurs.
Presse / Le Monde 02/02/2018 / Des professeurs moquent le #RapportBergé sur les « relations école-parents »
Parler de l’école peut conduire à s’exposer à de sévères retours de bâton. En témoigne, s’il le fallait, la promptitude avec laquelle a émergé, mercredi 31 janvier, le mot-clé #RapportBergé sur lequel des enseignants et des enseignantes se sont « appuyés » pour réagir aux préconisations de deux députées. Une compétition de saillies ironiques [...]

Contact & mentions légales - Adhésion & soutien - Livre d'or - Liens - Membres