sauv.net


·  Appel pour le rétablissement des horaires de français.
·  Révolution technologique.
·  Réforme du lycée et enseignement des lettres.
  Dernières nouvelles de l'ÉAF.
 Qui sommes-nous ?
Sauver Les Lettres, collectif de professeurs d'abord en révolte contre la réforme Allègre, lutte pour l'organisation d'un enseignement public et laïque de qualité sur l'ensemble du territoire. Ce collectif refuse la disparition de l'éveil à la pensée critique, et en particulier celle de l'étude des lettres comme discipline à part entière. En savoir plus...
 Adhésion & soutien
Vous pouvez relayer nos actions, nous informer de celles que vous menez ; vous pouvez nous envoyer un texte d'analyse, une contribution, un compte rendu d'ouvrage. Rejoignez-nous ou soutenez-nous !
· Agenda
14 mar
  Prix de la nouvelle Jacqueline de Romilly, organisé par SEL. Les nouvelles doivent être déposées au plus tard le 14 mars 2015 à minuit.

28 fév
  États Généraux de l'Antiquité, organisés par l’APLAES et la SOPHAU, 28 février 2015, 10h - 18h30, Sorbonne, Amphithéâtre Richelieu.

26-01-15
 Dernière mise à jour
Analyses / Dictionnaire philosophique, article « Fanatisme », 1764 (Voltaire).
« Que répondre à un homme qui vous dit qu’il aime mieux obéir à Dieu qu’aux hommes, et qui en conséquence est sûr de mériter le ciel en vous égorgeant ?
Ce sont d’ordinaire les fripons qui conduisent les fanatiques, et qui mettent le poignard entre leurs mains ; ils ressemblent à ce vieux de la montagne qui faisait, dit-on, goûter les joies du paradis à des imbéciles, et qui leur promettait une éternité de ces plaisirs, dont il leur avait donné un avant-goût, à condition qu’ils iraient assassiner tous ceux qu’il leur nommerait.
Il n’y a eu qu’une seule religion dans le monde qui n’ait pas été souillée par le fanatisme, c’est celle des lettrés de la Chine. Les sectes des philosophes étaient non seulement exemptes de cette peste, mais elles en étaient le remède. »
Analyses / Clef USB pour tous !
Il sera distribué à tous les élèves de France une clef USB offerte conjointement par Google "Charlie", Nestlé et Groupama en partenariat avec l'Éducation nationale.
Analyses / L'école (des bons sentiments) a-t-elle favorisé le repli communautaire ? (Joëlle Fanger)
Je pourrais raconter une infinité d’anecdotes illustrant les erreurs d’une école pleine de bonnes intentions à l’égard des enfants d’immigrés, mais les renvoyant au contraire à leurs origines, leur « communauté », au lieu de contribuer à les intégrer. Toutes ces anecdotes sont liées à cette idée qui part d’un bon sentiment : « le droit à la différence ».
Analyses / Laïcité et tolérance (Didier Guillomet, 2013).
« La séparation des Eglises et de l’Etat serait ainsi comme un divorce réussi - et même providentiel ! - où ceux qui ne faisaient pas bon ménage et s’empêchaient mutuellement de s’épanouir, trouvent enfin leur voie. »
Analyses / La nécessité d'enseigner la littérature des Lumières (Agnès Joste, 2012).
« Enfin, les occasions sont rares en classe d'aborder, à cet âge, les notions de religion, d'athéisme, alors qu'implicitement ces questions sont toujours présentes en filigrane dans la pensée des élèves. L'école, au sens étymologique « temps libre pour réfléchir », en permet un examen sans passion ni influence. L'étude des Lumières permet cette émergence des préoccupations, en même temps qu'elle met en valeur les pouvoirs libérateurs et contestataires de l'expression littéraire. »
Analyses / Voltaire sait argumenter, Rousseau parler de lui, Montesquieu écrire des lettres (Robert Wainer, 2006) .
« C’est bien l’esprit et la forme de pensée rationaliste propre au XVIIIème, si utile pour la formation de nos élèves au doute raisonné et à l’esprit critique, qui disparaît de l’enseignement du français au lycée. Or, peut-on croire qu’on formera des citoyens libres et responsables en les privant de la faculté de douter et de raisonner ? »
Analyses / Réflexion à propos de la journée du 10 mai en mémoire de la traite négrière (Estelle Manceau, 2006).
« Avec ces " moments de fraternité ", nous sortons de la mission de l’école (instruire, faire comprendre, faire réfléchir) pour empiéter sur celle des églises (rassembler autour d’une idée admise sans discussion par tous, unis dans la même émotion, chantant tous le même air !). »
Analyses / Grammaire et citoyenneté (Robert Wainer, 2005).
« L’école ne peut participer à " la formation du citoyen ", qu’en revendiquant l’enseignement de la grammaire : car seul, on l’a vu, l’usage réglé de la langue permet de construire une logique de la pensée qui soit échangeable et discutable, et qui n’aliène pas les hommes à leurs pulsions. »
Contributions / Émotion.
Je ne réagis jamais aux événements politiques, et ma faible capacité d'éprouver une émotion d'ordre collectif n'y est pas pour rien. D'autant que, plus ou moins, la politique est devenue aujourd'hui l'art de gérer l'émotion et, si possible, de l'exploiter.

Bibliographie
Dictionnaire amoureux de la laïcité, Henri Pena-Ruiz, Plon, 2014
L'école face à l'obscurantisme religieux, Paul-François Paoli et Alain Seksig (dir.), éd. Max Milo, 2006
Petit cours d'auto-défense intellectuelle, Normand Baillargeon, illustrations de Charb, Lux éditeur, 2006
Les territoires perdus de la République, Mille et une nuits, 2002

Presse / Le Monde du 14-01-15 : La laïcité contre le fanatisme. (Henri Pena Ruiz)
Cabu, Charb, Honoré, Tignous et Wolinsky n’ont jamais confondu le respect de la liberté de croire, conquis par l’émancipation laïque, et le respect des croyances elles-mêmes. Ils ont su qu’on peut critiquer voire tourner en dérision une religion, quelle qu’elle soit, et que ce geste n’a rien à voir avec la stigmatisation d’une personne en raison de sa religion. Ils ont pratiqué la laïcité par la liberté de leur art, sans l’affubler d’adjectifs qui attestent une réticence hypocrite. Ni ouverte ni fermée, leur laïcité avait l’évidence nette de leurs dessins créateurs.
Presse / Le Monde du 16-01-15 : Le « musulman modéré », une version actualisée du « bon nègre ». (Ahmed Benchemsi)
L’islam, c’est d’une ridicule évidence, n’est inscrit dans le patrimoine génétique de personne. C’est une idée à laquelle chacun est libre d’adhérer – ou pas – y compris quand on s’appelle Mustapha ou Fatima. Les Français enfants d’immigrés ont été aux mêmes écoles républicaines que les autres, y ont étudié Voltaire et les Lumières autant que les autres. Sauf à considérer que leur origine ethnique conditionne leur façon de penser (ce qui est la définition même du racisme), il n’y a pas de raison qu’ils soient moins sensibles à ces idées-là que les Français « de souche ». Pourtant, le discours commun repris jusqu’au sommet de l’Etat, les renvoie à leur supposée islamité sans leur demander leur avis. Ce faisant, il les confessionalise de force, les condamnant inexorablement à la différence. Liberté, égalité, fraternité, vous dites ?
Presse / Marianne du 22-01-15 : Aucune valeur ne peut s'enraciner sur un socle d'ignorance. (Fanny Capel)
Aucune valeur ne peut s'enraciner sur un tel socle d'ignorance. L'unique, l'immense tâche de l'école, reste donc l'instruction de futurs citoyens, qui seule les rend capables d'apprendre et de raisonner une fois sortis de l'école. Car s'il est bien un virus qui se transmet, via en particulier les nouvelles technologies prétendues d'information, c'est l'obscurantisme.