sauv.net


·  Appel pour le rétablissement des horaires de français.
·  Révolution technologique.
·  Réforme du lycée et enseignement des lettres.
 Qui sommes-nous ?
Sauver Les Lettres, collectif de professeurs d'abord en révolte contre la réforme Allègre, lutte pour l'organisation d'un enseignement public et laïque de qualité sur l'ensemble du territoire. Ce collectif refuse la disparition de l'éveil à la pensée critique, et en particulier celle de l'étude des lettres comme discipline à part entière. En savoir plus...
 Adhésion & soutien
Vous pouvez relayer nos actions, nous informer de celles que vous menez ; vous pouvez nous envoyer un texte d'analyse, une contribution, un compte rendu d'ouvrage. Rejoignez-nous ou soutenez-nous !
· Agenda
03 avr
  Séminaire public du GRDS : le français. 3 avril 2014, 18h30 -21h, Société d’encouragement de l’industrie nationale, 4, place Saint-Germain-des-Prés, Paris 6ème, métro Saint-Germain-des-Prés.

23-12-13
 Dernière mise à jour
Réforme / Bilan de la mise en œuvre des programmes issus de la réforme de l'école primaire de 2008. (MEN)
Si quelque chose a évolué dans les dernières années, c’est sans doute la conscience de ce qui est exigible au cours préparatoire et la nécessité alors de mettre en oeuvre un enseignement systématique, structuré, exhaustif des correspondances graphophonologiques. Mais cette avancée a un revers : l’enseignement du code et de la combinatoire est souvent devenu l’affaire du seul CP avec un manque de suivi approfondi au CE1, une absence du renforcement nécessaire pour parvenir à l’automatisation, seul gage de plein succès en lecture. Les élèves les plus faibles ne sont pas pris en charge à proportion de leurs besoins dès cette seconde année du cycle 2, ce qui fait dire à certains inspecteurs que le début du « décrochage » date de ce moment-là.
Analyses / Pourquoi les socialistes haïssent-ils les professeurs ? (Le blog de Denis Collin)
Avec Peillon, c’est « Allègre : le retour ». Il impose au nom de la « refondation républicaine de l’école » un train de réformes qui conduisent à accélérer la dislocation de l’école républicaine et préparent l’entrée massive du privé sur le terrain de l’éducation.
Analyses / Tolérance et laïcité.
Avec le dispositif de la laïcité, les religions se dépouillent de tout ce qui ne leur est pas vraiment fondamental - désir de domination politique, souci non négligeable de biens matériels, caractère ostentatoire et, au fond, pesamment social(isateur) des rites, cultes et prescriptions morales. Ne trouvent-elles pas ainsi de bonnes conditions pour s’affirmer dans leur sphère particulière et pour se recentrer sur l’essentiel ? La séparation des Eglises et de l’Etat serait ainsi comme un divorce réussi - et même providentiel ! - où ceux qui ne faisaient pas bon ménage et s’empêchaient mutuellement de s’épanouir, trouvent enfin leur voie.
Presse / Marianne du 29-06-13 : Education : le niveau des élèves baisse, celui des « pédagogistes » aussi !
Antoine Prost vient en effet de reconnaître subitement le désastre scolaire qu’il niait jusqu’ici : « Soyons sérieux, nous prétendons vouloir que nos enfants apprennent plus et mieux et nous avons fait jusqu’ici tout ce qu’il fallait pour qu’ils apprennent moins, et moins bien. Les élèves ne passent pas plus de temps en classe aujourd’hui en cinq années d’école primaire qu’ils n’en passaient en quatre ans il y a une génération. C’est comme si l’on avait obligé tous les élèves à sauter une classe. Nous avons organisé l’échec ».
Presse / Le Monde du 22-11-13 : D’où viennent les mauvais résultats de l’école primaire en France ?
L’inspection générale a observé tout au long de son enquête que les 10 heures hebdomadaire de français en cycle 2 et les 8 heures en cycle 3 sont respectées. La demande des enseignants serait même d’en faire plus. « Globalement, les équipes pédagogiques qui ne jugent pas les programmes de français trop lourds, voire "infaisables", sont rares ; ce fut le cas, durant l’enquête, dans une seule école (située en secteur rural, accueillant des élèves de milieux sociaux divers, connaissant une stabilité de ses enseignants). Mais même quand ils considèrent que la charge est excessive, tous les maîtres ne sont pas favorables à un trop grand allégement, notamment quand ils enseignent dans les milieux les plus défavorisés. Ils expriment alors leur conviction que la maîtrise du français – que leurs élèves ne peuvent acquérir qu’à l’école – doit être la première des priorités, mieux calibrée sans doute pour chaque étape de la scolarité. Mais selon eux, ce sont d’autres parties du programme qu’il faudrait supprimer pour mettre l’accent sur l’enseignement de la langue. » Un débat pour le contenu des futurs programmes.
Presse / Vousnousils du 22-11-13 : "Renoncer à l'écriture manuscrite serait une grave erreur".
Des recherches en neu­ros­ciences ont d'ailleurs mon­tré que l'écriture cur­sive faci­lite l'accès à la lec­ture. Je l'ai moi-même expé­ri­menté de manière empi­rique par le retour d'enseignants : les enfants qui apprennent à écrire direc­te­ment en cur­sive, de façon struc­tu­rée, sont plus rapi­de­ment auto­nomes et accèdent faci­le­ment à la com­bi­na­toire, c'est-à-dire qu'ils apprennent de façon impli­cite à asso­cier les lettres pour lire.
Presse / Le Monde du 29-11-13 : Nos ridicules tracasseries scolaires .
La tracasserie dépasse de loin la question vestimentaire. Le ministère, depuis quelques années, accompagne le mouvement et pinaille à tout-va. C'est le même mouvement, la même logique sous d'autres formes. Valide tes compétences (la scolarité comme une liste de courses), passe ta sécurité routière, assieds-toi bien sur ton socle. Ecoute ton biorythme. « – Tu sens que tu es davantage en état d'apprendre, non ? – En état d'apprendre quoi ? – Petit insolent, file dans ta chambre et mange tes cinq légumes ! »
Presse / Le Monde du 29-11-13 : La grosse colère des profs de « prépas ».
« C'est un message de mépris qu'on nous envoie, celui qui consiste à dire qu'on est des privilégiés. Notre salaire, on ne le vole pas ! », ajoute Philippe Heudron, président de l'Association des professeurs de prépas économiques et commerciales (APHEC). Sébastien Cote estime, lui, que « le système des classes prépas est utile, il fonctionne bien. Il ne me semble pas que nous ayons démérité. »
Presse / Le Monde du 20-12-13 : Enseigner est une science.
Pour quiconque sait que « l'enfant est l'avenir de l'homme », l'enquête PISA est un véritable électrochoc. [...] Ce résultat est-il inéluctable ? Non. La complexité de la langue française n'est pas en cause car, à difficulté égale, le Québec et la Belgique réussissent nettement mieux que la France. Le sociologue Jérôme Deauvieau, dans un rapport récent, identifie le nœud du problème : l'enseignement de la lecture au cours préparatoire (CP).
Contact & mentions légales - Adhésion & soutien - Livre d'or - Liens - Membres