sauv.net


Le site de Sauver les lettres fait peau neuve... Certaines fonctionnalités sont temporairement inactives. Nous nous excusons pour la gêne occasionnée.

·  Appel pour le rétablissement des horaires de français.
·  Révolution technologique.
·  Réforme du lycée et enseignement des lettres.
·  Des nouvelles du bac et du brevet.

  Réforme 2016 du collège.
 Qui sommes-nous ?
Nous sommes des enseignants de lettres et d'autres disciplines, des professeurs des écoles, des citoyens, animés par un idéal scolaire de gauche. Réunis dans un collectif fondé en 2000, nous sommes en lutte, depuis la "réforme" Allègre, contre l'affaiblissement, le dévoiement, voire la disparition de l'enseignement de la langue et de la littérature, et contre une série de transformations qui ont pour conséquence une baisse graduelle des exigences et des résultats de l'école publique. En savoir plus ...
 Adhésion & soutien
Vous pouvez relayer nos actions, nous informer de celles que vous menez ; vous pouvez nous envoyer un texte d'analyse, une contribution, un compte rendu d'ouvrage. Rejoignez-nous ou soutenez-nous !

20-06-16
 Dernière mise à jour
Réforme / Juin 2015 Rapport sur l'efficacité de la réforme des rythmes scolaires (IGEN)
Des premiers constats en demi-teinte. […] La réflexion pédagogique a été plutôt absente du coeur des débats. Au lieu de porter sur le temps de l’enfant, appréhendé dans sa globalité, la réforme a paru reposer pour l’essentiel sur une nouvelle organisation du temps périscolaire.
Réforme / Mai 2016 Présentation de l'entrée « Se chercher, se construire (Eduscol)
Dans la rubrique « N'oublions pas d'en rire »... Après « l'équilibre horizontal en milieu aquatique profond standardisé » de l'éducation physique et sportive, , voici « le déplacement qui s'opère entre le sujet percevant et l'objet perçu » (sic!). Quand les disciples de Diafoirus rédigent les programmes de français...voici ce qu'on peut lire dans les très officiels documents d'accompagnement des nouveaux programmes du cycle 4 (5e, 4e, 3e) :
« L'expression « Se chercher, se construire » propose un couple dynamique, témoin d'une tension ontologique propre à chaque individu et sans doute exacerbée à l'adolescence, âge où les possibles s'esquissent tandis que les premiers choix font naître la crainte d'un avenir dilué dans les sables ou à l'inverse pétrifié. Les deux verbes à l'infinitif placés en miroir au sein du libellé de l'entrée induisent un geste différent voire antithétique sur le monde, qui se double, en raison de la forme pronominale, d'une perspective d'examen de soi, de retour sur son être propre, d'action même portée sur sa personne. La dynamique de l'entrée réside aussi dans cette logique évolutive de la perception de soi ; la forme pronominale réfléchie des deux verbes signale à cet égard le déplacement qui s'opère entre le sujet percevant et l'objet perçu [...] »
Analyses / Les frontières de la laïcité, de F. de La Morena (Mezetulle)
Nulle entente a priori, nulle société secrète, nulle armée de l’ombre n’orchestrent les multiples, répétées et graves entorses au principe de laïcité qui en attaquent les frontières. Non, c’est pire : l’agent dissolvant n’est autre que la pensée naturelle des politiques, à laquelle des décisions jurisprudentielles souscrivent à grand renfort d’acrobaties dont on est effaré de découvrir les détails et les détours.
Presse / France-Inter du 04/05/2016 Ce n'est pas une réforme du collège mais une réforme du collage (Le billet de Nicole Ferroni)
Ce n'est pas les cloisons qu'elle abat, mais les murs porteurs.
Presse / Le Monde du 19/05/2016 Réforme du collège : un an de préparation, et toujours beaucoup d’inquiétudes
Principal point de blocage : la perte d’heures de cours. Jusqu’alors, comme c’est souvent le cas en éducation prioritaire, le collège utilisait une partie de ses moyens supplémentaires pour renforcer l’enseignement en français et en mathématiques. Or, la réforme impose un « plafond » limitant la semaine des élèves à vingt-six heures. « Cela induit, d’une part, une perte sèche en apprentissage, et d’autre part, que les élèves seront dehors au lieu d’être pris en charge au collège », déplore Sophie Colson, professeure d’anglais. L’équipe, après avoir obtenu le maintien de l’option latin et de la classe bilangue – deux dispositifs « sur la sellette » –, tente aujourd’hui d’obtenir une dérogation pour dépasser le plafond.
Presse / Le Monde du 27/05/2016 Refuser les QCM à l'université (Alain Garrigou)
Ainsi l¹administration universitaire, convertie au management, abolit-t-elle lentement, doucement, imperceptiblement, à petits pas, l¹autonomie pédagogique des universitaires. Là, comme ailleurs, il est encore possible de résister. Et d¹abandonner les QCM aux sondages et aux jeux télévisés.
Presse / Vousnousils du 6/06/2016 Brevet des collèges 2017 : le sujet zéro de français est une invitation aux bavardages
Nous demandons que le français soit correctement enseigné avec une ambition réelle de transmettre une culture exigeante aux élèves et une maîtrise de la langue. Pour cela, il faut réhabiliter considérablement la grammaire car le programme de français a été allégé. Par exemple, nous sommes maintenant censés n’enseigner le passé simple qu’à la troisième personne. C’est consternant, cela va fermer l’accès à un grand nombre d’oeuvres. Nous réclamons aussi la rédaction d’autres exemples d’examens fondés sur des oeuvres littéraires pouvant mesurer un niveau réel de réflexion, d’analyse et de maîtrise de la langue française des élèves. Enfin, nous avons des revendications en termes d’horaires. Le collectif demande plus d’heures d’enseignement car à un moment nous ne parviendrons plus à enseigner correctement avec des horaires qui diminuent sans cesse !
Presse / Le Monde du 11/06/2016 Le tableau mitigé de la réforme des rythmes scolaires
Journées chargées et morcelées, siestes tronquées, et plus de mercredi pour souffler… Ces effets supposés de la réforme sont largement ressentis sur le terrain, notamment en maternelle, apprend-on à la lecture d’une étude menée, à Arras, par l’Observatoire des rythmes (Ortej). A l’échelle nationale, c’est le même constat que dresse l’Inspection générale, avec pour conséquence : moindre attention des enfants, énervement, augmentation des incidents, retards…