sauv.net


Le site de Sauver les lettres fait peau neuve... Certaines fonctionnalités sont temporairement inactives. Nous nous excusons pour la gêne occasionnée.

·  Appel pour le rétablissement des horaires de français.
·  Révolution technologique.
·  Réforme du lycée et enseignement des lettres.
·  Des nouvelles du bac et du brevet.

  Réforme 2016 du collège.
SAUVER LES LETTRES DIT NON A LA REFORME DU COLLEGE 2016 : TOUS A LA MANIFESTATION DU 26 JANVIER A PARIS !
Colloque de l'association Qualité de la Science Française,
Collège de France,le vendredi 12 février de 14 h à 18 h, sur le thème "quel lycée pour quelle université ? »
L’ouvrage de Jean-Pierre Terrail : "Pour une école de l’exigence intellectuelle. Changer de paradigme pédagogique" (La Dispute, parution 12 février 2016)
sera présenté et mis en débat dans une séance organisée en partenariat par le GRDS, les éditions La Dispute, et la Fondation Gabriel Péri. Elle se tiendra le mardi 16 février 2016 à 18 h 30 à Paris, mairie du 3ème arrondissement, 2 rue Eugène Spuller (métro République), salle Patricia Brebion-Vallat.
Prix de la nouvelle Jacqueline de Romilly.
Pour la deuxième année, SEL organise le Prix de la nouvelle Jacqueline de Romilly, ouvert aux lycéens et aux élèves de CPGE. Les nouvelles ne doivent pas dépasser 12 000 signes ; elles seront examinées par un jury de personnalités littéraires ; un lien avec l'antiquité - même ironique ou distancié - est souhaité. Les prix seront définis dans les semaines à venir. Les inscriptions sont ouvertes : à vous de jouer avec les mots !
Sauver les lettres bat le pavé contre la réforme du collège, le 10 octobre 2015

L'intempestif, le blog impertinent de Sauver les lettres est en ligne !

 Qui sommes-nous ?
Nous sommes des enseignants de lettres et d'autres disciplines, des professeurs des écoles, des citoyens, animés par un idéal scolaire de gauche. Réunis dans un collectif fondé en 2000, nous sommes en lutte, depuis la "réforme" Allègre, contre l'affaiblissement, le dévoiement, voire la disparition de l'enseignement de la langue et de la littérature, et contre une série de transformations qui ont pour conséquence une baisse graduelle des exigences et des résultats de l'école publique. En savoir plus ...
 Adhésion & soutien
Vous pouvez relayer nos actions, nous informer de celles que vous menez ; vous pouvez nous envoyer un texte d'analyse, une contribution, un compte rendu d'ouvrage. Rejoignez-nous ou soutenez-nous !

03-02-16
 Dernière mise à jour
Actions / Pétition des associations APFLA-CPL, APLAES, APLettres, CNARELA, SEL, SLL : Latin et grec au collège - L'égalité : un leurre.
Les dotations de fonctionnement pour la rentrée 2016 font aujourd’hui tomber les masques : faute d’heures spécifiquement dédiées au latin et au grec, ces matières sont amputées, voire sacrifiées. Les premières victimes en sont les élèves des établissements difficiles : eux, qui n'ont que l'école pour réussir, n'auront pas la chance de bénéficier du même éventail de matières que leurs aînés (en 2014-2015, 93% des collèges offraient l'option latin). Prôner l'égalité ne doit pas se réduire à un artifice rhétorique ou à une acrobatie verbale publicitaire. Pour réduire les inégalités l’École doit prendre les mesures judicieuses et informées qui permettront enfin d’accorder le discours et les faits. Pétition_LA_égalité_2016-01-28.pdf
Actions / Communiqué intersyndical – Réforme du collège, 29 janvier 2016
L’intersyndicale réaffirme sa détermination à obtenir l’abrogation de la réforme du collège, à bloquer sa mise en oeuvre à la rentrée 2016 et appelle l’ensemble des collègues à poursuivre la lutte. Elle soutient toutes les initiatives décidées collectivement dans les établissements en lien avec les organisations syndicales de l’intersyndicale.
Actions / Lettre au Président de la République des associations APFLA-CPL, APLAES, APLettres, CNARELA, SEL, SLL, le 26 janvier 2016
Faute d'heures disponibles, des établissements annoncent déjà qu'ils ne pourront respecter les assurances de Madame la Ministre, qu'ils doivent limiter l'EPI de langues et cultures de l'Antiquité à un seul niveau (alors que le BO de juillet l'étendait à l'ensemble du cycle 4 et que cet EPI aurait représenté en 5e 50%, en 4e et 3e 30% de l'horaire actuel), restreindre le nombre d'élèves étudiant les langues anciennes en n'ouvrant qu'un groupe par niveau, ou limiter l'horaire de l'enseignement de complément, voire parfois supprimer les sections de grec, réduisant ainsi l'enseignement des langues anciennes ou les effectifs de latinistes et d'hellénistes à une peau de chagrin - quand ils ne ferment pas purement et simplement l'enseignement des langues anciennes dans leur établissement.
Analyses / EPI : l'interdisciplinarité et la réforme du collège (Paul Devin)
A bien regarder les finalités données aux EPI par l’arrêté de mai 2015, ce n’est pas tant leur finalité interdisciplinaire qui est mise en avant que leur finalité pratique. Il s’agit de parvenir à une « réalisation concrète » : maquette, journal, vidéo, … Ce n’est donc pas tant la cohérence des savoirs qui guide l’intention des EPI que la volonté de redéfinir la nature même des savoirs pour privilégier la capacité à produire des objets concrets au dépens de la construction de concepts et de l’acquisition de connaissances.
Analyses / Instruire d'abord ! La finalité de l'école. Instruction, pédagogie et pédagogisme. (Jean-Michel Muglioni, Mezetulle)
Ainsi une exigence morale dans son fond – libérer l’homme – appelle une politique de l’école, une politique d’instruction publique : il faut choisir entre la contrainte du milieu, origine des motivations, et un ordre d’artifices et de contraintes qui se revendique comme tel, à savoir l’institution scolaire : la fonction institutionnelle de l’école est de délivrer l’homme de la société. Entre subordonner l’école à la société, donc la détruire, et instituer une véritable école, il faut choisir.
Analyses / Le concours l-EPI-ne est lancé ! (blog L'Intempestif, Les élucubrations d'Antoine)
Quand je vois les sujets d'EPI, je suis stupéfait… entre autres, cet intitulé de « projet » SVT-lettres proposé au cours d’une formation dans l’académie de Lyon – avec l’aval des inspecteurs, donc… Gargantua et Emma Bovary mangeaient-ils équilibré ?
Presse / Le Monde du 16/12/2015 : Le livre, ce remède souverain
Le livre fait travailler une dimension essentielle de l’humain. « Nous sommes des animaux poétiques, assoiffés de symbolique », dit-elle encore. La lecture, comme activité créatrice de sens, aiderait donc à surmonter les épisodes douloureux, les moments de rupture, de perte de repères. Le mot « repère », d’ailleurs, revient dans la bouche des libraires interrogés après le 13 novembre. La lecture permet d’essayer de comprendre l’incompréhensible, mais aussi de sortir de la tristesse par la « rencontre » avec un autre esprit. Marcel Proust conseillait cette activité à « l’esprit paresseux », sujet à la neurasthénie : « Ce qu’il faut donc, c’est une intervention qui, tout en venant d’un autre, se produise au fond de nous-mêmes, c’est bien l’impulsion d’un autre esprit, mais reçue au sein de la solitude. »
Presse / Libération du 06/01/2016 : A quoi sert le latin ? La réponse des humanistes (Luigi-Alberto Sanchi)
On trouve dans l’Antiquité les multiples exemples des formes que peuvent prendre la société et l’Etat, des théories que l’esprit peut concevoir loin de toute révélation religieuse, des sentiments variés qui marquent la vie familiale, civile ou militaire. L’Europe moderne, mais aussi les Etats-Unis, les pays d’Amérique latine et plusieurs autres réalités ont été bâties à partir des matériaux livrés par l’étude fiévreuse des Anciens et par les réflexions contrastantes qu’une telle étude a pu suggérer. Aujourd’hui aussi, le défi qui semble se présenter à la France et à ses élites est celui de forger la nouvelle société française.
Presse / Le Monde du 07/01/2016 : Penser autrement, grâce au grec et au latin
L’Avenir des Anciens. Oser lire les Grecs et les Latins, de Pierre Judet de La Combe, Albin Michel. Ne serait-ce pas au fond la confrontation difficile avec un texte venu de loin, résolument insolite et sophistiqué, et les obstacles à franchir pour en acquérir la maîtrise par une relation entre maître et écolier (on n’ose pas dire disciple) qui procure à ce savoir des Anciens la capacité de nous changer vraiment ?