Publications

sauv.net

·  Appel pour le rétablissement des horaires de français.
·  Révolution technologique.
·  Réforme du lycée et enseignement des lettres.
·  Des nouvelles du bac et du brevet.

  Lycée et Bac Blanquer

  Réforme 2016 du collège.

 Qui sommes-nous ?
Nous sommes des enseignants de lettres et d'autres disciplines, des professeurs des écoles, des citoyens, animés par un idéal scolaire de gauche. Réunis dans un collectif fondé en 2000, nous sommes en lutte, depuis la "réforme" Allègre, contre l'affaiblissement, le dévoiement, voire la disparition de l'enseignement de la langue et de la littérature, et contre une série de transformations qui ont pour conséquence une baisse graduelle des exigences et des résultats de l'école publique. En savoir plus ...
 Adhésion & soutien
Vous pouvez relayer nos actions, nous informer de celles que vous menez ; vous pouvez nous envoyer un texte d'analyse, une contribution, un compte rendu d'ouvrage.
Rejoignez-nous
ou soutenez-nous !

16/04/2021 / LA REFORME BLANQUER...QUOI QU'IL EN COÛTE ?
Bilan de deux ans de réforme du lycée


Cette seconde année scolaire par temps de COVID correspond aussi à la seconde année de l'application de la réforme du lycée.
La gestion ubuesque de l'épidémie par le ministère de l'Education nationale, la succession de protocoles inapplicables, la mise en place d'une « continuité pédagogique » et d'un « enseignement distanciel » qui ressemblent pour l'un à un oxymore et pour l'autre à une antiphrase, et aujourd'hui la fierté de proclamer que l'Education continue de fonctionner alors que les classes ferment par centaines chaque semaine depuis la rentrée des vacances d'hiver... pourquoi un tel déni, pourquoi tant d'acharnement à sauver les apparences d'une école qui tournerait « normalement » ? C'est oublier, entre autres, que M. Blanquer joue le sort de SA réforme du lycée et du bac, entrée en vigueur en 2019-2020. Il veut donner l'impression que s'applique envers et contre tout cette réforme mal pensée, délétère, contre laquelle nous alertons depuis sa conception  [...]

Publication / 27/08/2020 / Bonjour Maîtresse ! Journal d'une institutrice d'aujourd'hui (Rachel Boutonnet)

Bonjour MaitresseDepuis 2008, Rachel Boutonnet a fait le choix d'enseigner en REP (ex ZEP). Elle tient un journal depuis plus de 10 ans et nous raconte ce qui se passe réellement dans ses classes. Relations avec le corps enseignant et avec les parents, prise en charge des enfants, investissement des collègues, histoires de vie des enfants, joies et déceptions, petits échecs et grandes victoires, elle nous livre un témoignage fort et poignant. Son credo ? Apprendre à lire et à écrire à tous les enfants, Croire que l'enseignement et son investissement vont permettre à des enfants souvent défavorisés socialement de s'en sortir, quitte à ne pas toujours suivre les réformes, les dogmes et les modes pédagogiques !


Suivez Rachel Boutonnet sur Facebook - Instagram

Agenda

 Propositions pour une nouvelle école démocratique
Tribune parue dans l'Obs du 18/04/2017 / Propositions pour une nouvelle école démocratique (Sauver les lettres)

      Télécharger le texte complet


12-01-22
Presse / Libération du 12/01/2022 / «J’ai besoin d’aller manifester pour dire que ce n’est plus possible» : des personnels de l’Education nationale témoignent. (Maïté Darnault, correspondante à Lyon, Elsa Maudet, Marlène Thomas et Martin Duffaut)
«La première chose qui, structurellement, ne va pas c’est la réforme du bac. Tout n’est pas à jeter, mais sa mise en place, extrêmement rapide, a été brutale pour les élèves. Enormément de jeunes sont en dépression en première et en terminale, développent une phobie scolaire. On déplore des dizaines de tentatives de suicide par an. Voir ces mômes, passés de justesse en première, s’éteindre dès novembre quand ils réalisent leur erreur de parcours alors qu’on nous a supprimé un poste d’assistant d’éducation à la rentrée, qu’on nous a retiré il y a quelques années l’assistante sociale, qu’on nous annonce le départ de notre médecin scolaire et qu’on se retrouve en tant que CPE à faire un peu tous ces métiers à la fois, c’est difficile. »
Action / Communiqué intersyndical du 07/12/2021 / Non au bac Blanquer ! Rétablissement des épreuves nationales, ponctuelles, terminales et anonymes pour la session de 2022 (SNES-FSU, SNEP-FSU, FNEC FP-FO, SNALC, CGT Educ’action, SNCL-FAEN et SUD éducation)
Les organisations et fédérations syndicales SNES-FSU, SNEP-FSU, FNEC FP-FO, SNALC, CGT Educ’action, SNCL-FAEN et SUD éducation […] considèrent que le Projet Local d’Evaluation est un outil de mise en place du contrôle continu qui accentue les inégalités de traitement entre les candidates et les candidats. Elles en demandent la suppression. […] Plus globalement, elles demandent dès la session 2022 le rétablissement du baccalauréat national avec des épreuves nationales, terminales, ponctuelles et anonymes, seule organisation des examens gage d’égalité entre les lycéennes et les lycéens. Elles demandent la mise en place d’un plan d’urgence pour l’Education, pour les lycées, particulièrement frappés par les suppressions de postes dont la réforme du lycée a été l’occasion.
Presse / Le Monde du 04/01/2022 / Réforme du lycée : le blues des profs de maths (Sylvie Lecherbonnier)
Avec la réforme du lycée, le nombre d’heures globales attribué à chaque matière a été redistribué et les mathématiques font partie des grandes perdantes, avec une baisse de 18 % du nombre d’heures entre 2018 et 2020. […] Les professeurs regrettent la disparition des mathématiques du tronc commun au profit d’un enseignement scientifique qui mêle mathématiques, sciences physiques et sciences et vie de la Terre. Ils n’assurent que 6 % de ces cours. « En première, on est dans du tout ou rien, soit une spécialité très exigeante, soit l’abandon de la matière. Il manque quelque chose. Les mathématiques font partie de la culture générale nécessaire à tout citoyen. »
Tribune / Le Monde du 11/09/2021 / La politique éducative du quinquennat n’a pas réduit les déficiences de l’école française (Pierre Merle)
Dans les 20 % des collèges les plus défavorisés, plus de 50 % des 6e ont un niveau faible [en mathématiques]. Dans ces collèges, outre une proportion élevée d’enseignants débutants et de contractuels peu qualifiés, les bons élèves, « locomotives » des classes, font trop souvent défaut. Si Jean-Michel Blanquer souhaitait promouvoir la réussite de tous, une politique de mixité aurait été plus efficace qu’une diversification de l’offre. Cette ségrégation scolaire et sociale est aussi contraire à une politique du vivre-ensemble.
Tribune / Le Monde du 10/09/2021 / « On peut se demander si le long ministère de Jean-Michel Blanquer pourra marquer les esprits » (Claude Lelièvre)
Si la longévité du ministre à la tête de l’éducation nationale vient de dépasser celle de son prédécesseur Christian Fouchet (1962-1967) […] le contraste avec le rôle très important qu’a eu Christian Fouchet est patent. […] Lorsque Christian Fouchet arrive à la tête du ministère, le principe du passage de 14 ans à 16 ans de l’âge de la fin de l’instruction obligatoire a déjà été décidé par l’ordonnance Berthoin du 6 janvier 1959. Mais c’est lui qui va obtenir – contre l’avis du premier ministre – que la mesure soit mise en application dans les collèges d’enseignement secondaire à partir de 1967. […] Christian Fouchet a été au centre de la « décennie prodigieuse gaullienne », durant laquelle le nombre d’étudiants a été multiplié par 2,5 et le budget du supérieur par 4 en francs constants. In fine, on peut se demander si le long ministère de Jean-Michel Blanquer pourra marquer les esprits et entrer durablement dans l’histoire.
Presse / Libération du 02/11/2021 / Mixité scolaire : à Toulouse, un cas d’école (Marie Piquemal)
Voilà qu’une expérimentation locale, pour améliorer la mixité sociale au collège, semble porter ses fruits. Cela se passe à Toulouse, en Haute-Garonne. Un projet qui avait tout d’un casse-pipe : en 2017, fermer deux collèges enclavés du quartier du Mirail et acheminer les ados, par bus, dans les collèges chics du centre-ville et des zones pavillonnaires. […] «Un dispositif d’une telle ampleur, avec une cohorte entière que l’on a pu suivre, c’est rarissime, s’enthousiasme Choukri Ben Ayed, professeur de sociologie. Les résultats chiffrés, de réussite au brevet et de ce que nous voyons sur le terrain, sont extrêmement positifs. Ça marche.» En fait, il n’en doutait pas une seconde : «Je l’ai toujours dit. Il n’y a pas de fatalité.» […] Mais depuis le changement de majorité, le ministère n’a plus fait de suivi. «La mixité n’est pas un sujet pour Jean-Michel Blanquer. Il a laissé les choses se faire, mais sans impulsion.»
Presse / Le Monde Diplomatique de janvier 2022 / Dans les lycées et les collèges, la vie scolaire sous Pronote (Lucie Tourette)
Utilisé dans plus de deux établissements du second degré sur trois, le logiciel de gestion de la vie scolaire Pronote rend bien des services aux familles et aux communautés éducatives, notamment pour affronter les dernières réformes du lycée. Mais, en faisant de l’immédiateté la norme, il change aussi les métiers en profondeur, ainsi que les relations entre parents, élèves et enseignants.

Presse / Le Monde du 08/12/2020 / Mathématiques : la France, dernière élève des pays développés (Violaine Morin)
D’après les résultats de l’enquête Trends in International Mathematics and Science Study (Timss), réalisée en mai 2019 sur un échantillon de 4 186 enfants de CM1 et 3 874 adolescents de 4e, la France se classe bonne dernière dans les pays de l’Union européenne, avec des résultats similaires à ceux de la Roumanie. Elle est aussi avant-dernière dans les pays de l’OCDE, devant le Chili. […]
Le plan de formation, sur lequel insiste l’institution, pourra-t-il suffire à renverser la tendance lourde d’une baisse généralisée en mathématiques ? Il est encore trop tôt pour le dire. Mais sur le terrain, on craint parfois que le mal soit plus profond : « Les heures de mathématiques au collège ont baissé depuis quinze ans », rappelle Sébastien Planchenault, président de l’Association des professeurs de mathématiques de l’enseignement public (Apmep) qui souligne aussi la structure « pyramidale » de l’apprentissage des mathématiques : [...] « un élève qui arrive trop fragile en 6e va voir ses difficultés s’accentuer. »

Analyse / Ouest Track Radio / Podcast du 06/06/2021 / Tolérance et Laïcité (Didier Guilliomet, professeur de philosophie)
Inutile de multiplier à l’infini les exemples, on le voit les croyances religieuses peuvent faire peser des menaces très concrètes sur les libertés, la paix civile, la justice et l’égalité entre citoyens. Tolérance et laïcité constituent les deux grandes réponses politiques à ces menaces. Elles sont, toutes deux, des dispositifs qui cherchent à garantir une cohabitation pacifique d’individus ayant des options spirituelles différentes au sein d’une société libre et juste. Il paraît indispensable en ces temps troublés et confus de nous pencher sur leur sens profond et leur valeur irremplaçable.
Deux éclairages rétrospectifs (Site de Sauver les lettres).

Manifestation laïque à Paris (collectif Sauver les lettres, 12/2005)

Il existe […] une étroite relation entre notre combat pour l’enseignement de la littérature et la défense de la laïcité. La laïcité est la condition d’existence d’un espace public commun et démocratique qui privilégie ce qui nous réunit et nous permet de vivre ensemble au delà de nos particularismes et de nos communautés.
Mais un espace public n’a de sens que s’il est habité. Or, seule l’instruction que nous défendons permet de créer chez chacun d’entre nous une autre dimension que celle qui nous définit comme éléments d’un groupe particulier. Cette dimension est plus large et plus abstraite que celle de la communauté culturelle ou religieuse, c’est celle de l’existence politique.

La nécessité d'enseigner la littérature des Lumières (Agnès Joste, 06/2012)

L'enseignement des Lumières : accéder aux fondements de la laïcité.
L'effort des écrivains des Lumières est d'arracher l'homme à toutes les entraves à l'exercice de la raison (« Ecrasons l'Infâme !»), pour lui donner ou lui rendre sa liberté de pensée. La première entrave est la religion, qui asservit les esprits. Dans un contexte scolaire, les philosophes les plus accessibles et les mieux à même de le montrer sont Montesquieu et Voltaire. Leur étude, pendant la classe de Première, montre comment l'idée de séparer l'Eglise et l'Etat a pu mûrir et se faire jour, sans que la notion soit encore théorisée.

Tribune / Mezetulle (blog de Catherine Kintzler) 13/07/2021 / Faites le test : bisous à tous deux (Catherine Kintzler)
Le test ci-dessous « Bisous à tous deux » (il s’agit d’un test écrit, sans aucun risque de contamination !) révèle que l’écriture « inclusive » et généralement la novlangue acharnée à séparer les sexes non seulement sont exclusives, mais qu’elles procèdent à une « invisibilisation » : un comble ! .