Académie de Nantes : Le latin disparaît des lycées publics choletais


Le latin disparaît des lycées publics de Cholet

Extraits :

"La décision rectorale est tombée hier. Les lycées Europe et Renaudeau ne pourront plus proposer l'option latin à la rentrée prochaine.

« C'est sidérant ! », commente un chef d'établissement. Qui va devoir informer ses élèves latinistes de 3e qu'ils ne pourront pas poursuivre cet apprentissage en seconde à la rentrée prochaine à Cholet. Du moins pas dans l'enseignement public.

Hier, le rectorat faisait en effet part de sa décision de supprimer l'option latin dans les deux lycées publics choletais, Europe Robert-Schuman et Fernand-Renaudeau. Une décision prise pour seize lycées au total dans l'académie de Nantes.

Au cabinet du recteur, on invoque « la politique de réduction des dépenses » et l'obligation « de maîtrise des fonds publics », rapportée aux effectifs parfois réduits à peau de chagrin dans certains établissements. « En dessous de 10 élèves, il y a fermeture, précise Guy Chabior, chargé de communication au rectorat."
...
« La gestion des moyens implique des choix. Il y a de nouveaux établissements qui sont créés, des moyens attribués dans le cas de la réforme, notamment pour les nouveaux enseignements obligatoires. Le latin est une option facultative », appuie Guy Chabior."

Commentaire :

Le rectorat méconnaît ici les règlements. D'une part, aucun texte officiel concernant le latin et le grec ne fixe de seuil minimum pour le maintien d'une option, d'autre part au regard du Bulletin Officiel du 4 février 2010 instituant la réforme du lycée, le latin n'est pas seulement un enseignement facultatif, mais peut être l'un des deux "enseignements obligatoires d'exploration".

Les arguments de l'administration ne tiennent donc pas, et il est pour le moins prématuré d'arguer d'effectifs qui ne seront connus et certains que début juillet, après l'inscription au lycée des élèves de collège en Troisième actuellement.

Le "rectorat" "assure n'avoir reçu aucune consigne du ministère pour sacrifier les langues anciennes." Pourquoi dans ce cas s'y emploie-t-il ?




Retour page laferm
23/02/11