ACADEMIE DE CAEN : UN PRINCIPAL LUTTE CONTRE LE LATIN


Au collège Molière de L'Aigle (61) (Académie de Caen), après le passage des deux professeurs de lettres classiques dans les cinq classes de 6ème de l'établissement pour présenter l'option latin, 37 inscriptions de futurs latinistes ont été enregistrées.

La direction du collège, après avoir dénoncé les années passées un enseignement élitiste et prôné l'égalité pour tous les élèves, se refuse maintenant à accepter ces 37 inscriptions et contraint les professeurs de lettres classiques à opérer une sélection au sein de cet effectif important qui nécessiterait la formation de deux groupes ; elle les oblige scandaleusement du même coup à désavouer les arguments que les enseignantes ont fait valoir lors de leur passage dans les classes de 6ème, il y a quelques semaines.

D'autre part, cette même direction a annoncé aux mêmes professeurs qu'en 4ème, les 34 latinistes issus de classes de 5ème seraient, en 2005-2006, sans doute pour mieux les décourager de continuer cette option l'an prochain, réunis en un seul groupe de latin (alors qu'en 2004-2005 , ils étaient répartis sur deux groupes, d'une heure et demie il est vrai , mais c'était un moindre mal...).

Enfin , en 3ème , les hellénistes et latinistes du collège n'auront que 2 heures de langues anciennes, au lieu des trois prévues dans les textes !

A qui fera-t-on croire que, conformément à la circulaire de rentrée 2005 du 15 avril dernier http://www.education.gouv.fr/bo/2005/18/MENE0500813C.htm, notre direction tient compte de "l'attention à porter aux langues anciennes" ?

24/06/05