ACADEMIE DE VERSAILLES : UN PRINCIPAL EN LUTTE CONTRE LE GREC


UN NOUVEAU MODE D’ERADICATION DU GREC : LA FONTE DES POSTULANTS

Au collège André Maurois à Neuilly (92), 26 élèves de quatrième ont demandé à commencer l’étude du grec en troisième à la rentrée prochaine, comme le leur proposent les textes régissant les enseignements obligatoires et facultatifs de cette classe (B.O. n° 28 du 15 juillet 2004, http://www.education.gouv.fr/bo/2004/28/MENE0401438A.htm). A l’issue des conseils de classe, la candidature de 18 élèves a été retenue. Mais, contestant l’accord des conseils, la direction du collège cherche à réduire le nombre des postulants, de façon à obtenir un effectif trop faible à ses yeux pour l’ouverture d’une option de grec, inférieur à la douzaine – alors qu’il n’existe aucun seuil officiel pour l’ouverture d’une section de langue ancienne.

Les élèves de ce collège vont ainsi être privés d’un enseignement prévu dans les textes officiels, et l’administration ne respecte pas la circulaire de rentrée 2005 du 15 avril dernier (http://www.education.gouv.fr/bo/2005/18/MENE0500813C.htm), qui insiste particulièrement sur « l’attention à porter aux langues anciennes » : « Les langues anciennes ont une place importante dans la formation intellectuelle des élèves. Leurs enseignements doivent bénéficier d’une dynamique renouvelée. La note n° 2004-0329 du 16 décembre 2004, adressée aux recteurs, rappelle l’attention particulière à porter à leur implantation en collège (1) et en lycée d’enseignement général et technologique ainsi que les mesures destinées à favoriser le choix de ces langues. L’augmentation du coefficient de l’épreuve facultative de latin ou de grec au baccalauréat, décidée par arrêté du 9 décembre 2004, entre en vigueur à la session 2006 ».

Les professeurs de latin et de grec du collège s’adressent donc à leur principal, à leurs inspecteurs et aux associations de spécialistes pour obtenir l’ouverture de la section de grec et l’attribution par le rectorat des moyens horaires de cet enseignement (3 heures hebdomadaires), et s’engagent dans les actions nécessaires au respect des textes officiels et à la satisfaction des élèves du collège Maurois pour leurs vœux légitimes et légaux, prévus dans les matières, les horaires et les programmes nationaux.

---------
(1) "Les langues anciennes ont une place importante et reconnue au collège. Tout d’abord, un enseignement facultatif de latin peut être dispensé à partir de la classe de cinquième et un enseignement facultatif de grec à partir de la classe de troisième.

A cet égard, l’arrêté du 2 juillet 2004 (http://www.education.gouv.fr/bo/2004/28/default.htm), relatif à l’organisation des enseignements du cycle d’orientation, applicable à compter de la rentrée scolaire 2005-2006, confirme la possibilité pour les élèves, dans la mesure des capacités des collèges, de suivre à la fois un enseignement de grec et de latin.

Pour l’attribution du diplôme national du brevet, les résultats obtenus dans les enseignements facultatifs de langues anciennes (latin ou grec) sont pris en compte dans les conditions définies par l’arrêté du 28 juillet 2000 (http://www.education.gouv.fr/bo/2000/35/default.htm)."


(Note ministérielle du 16-12-2004, cf http://www.sauv.net/ctrc.php?id=696)

19/06/05