LES POSTES DE LETTRES CLASSIQUES DECLARES "SURNUMERAIRES"


Le Rectorat de l’académie d’Amiens a envoyé aux chefs d’établissement une circulaire leur enjoignant de ne pas créer ou de supprimer « des postes surnuméraires ».

En conséquence, lorsqu’un poste de lettres doit être supprimé, le choix doit se porter sur un poste de lettres classiques, déclaré «surnuméraire », et non sur un poste de lettres modernes.

Ainsi, dans le collège Jules Vallès de Saint-Leu d’Esserent (60340), comportant un taux de 35 % de latinistes et 16 heures de langues anciennes, un des deux postes de lettres classiques va être supprimé en dépit de toutes les promesses du ministère, contraignant le professeur restant à ne plus enseigner de français, et méprisant le dynamisme de ces sections attirant beaucoup d’élèves.

Autrement dit, quand on ne peut fermer de sections nombreuses, on supprime les professeurs qui les recrutent, pour éliminer plus sûrement encore le latin et le grec.
10/02/05