SNUipp 76 SECTEUR DU HAVRE : CIRCULAIRE DE RENTREE


Circulaire aux écoles n°1

Contre les mesures de décentralisation, le budget d'austérité, la précarisation des statuts, la remise en cause de notre système de retraite

TOUS MOBILISES !

Nous étions 175 enseignants réunis en AG à Franklin mardi 2 septembre pour faire le point ensemble sur la rentrée. Cette mobilisation importante montre que nous n’avons pas eu d'amnésie estivale, et que Raffarin, Ferry et consorts, qui espéraient que notre détermination revendicative serait entamée par la canicule et par les retraits de salaires en sont pour leurs frais.

Notre mouvement du printemps dernier n'a certes pas permis de faire encore reculer le gouvernement mais à coup sûr il a marqué la situation politique. Il n'est pas pour rien dans la réussite du rassemblement du Larzac dans l’échec du référendum sur la décentralisation en Corse et même sur l’ampleur du mouvement des intermittents du spectacle. Notre mouvement a cristallisé les aspirations populaires de tous ceux qui sont victimes du libéralisme sauvage que veut imposer le gouvernement, de tous ceux qui sont attachés à des services publics de qualité. La nécessité d'une riposte globale, tous ensemble. à une politique qui s’applique à tous les secteurs, privés ou publics, est ressentie par un nombre de plus en plus grand de salariés. De cela nous pouvons être fiers.

Méprisant ce mécontentement populaire, Raffarin et Chirac, s'enfoncent toujours plus dans leur politique de régression sociale. La canicule de l’été a montré à quelles catastrophes mène la gestion des services publics « à minima ». Et malgré les cadeaux qui leurs sont consentis, les patrons continuent à licencier, quand ils ne démontent pas l'outil de production des salariés pendant leurs congés comme de vulgaires voleurs. Si notre mobilisation a conduit à l'annulation du transfert aux collectivités territoriales des COPsy, assistant(e)s socia(les)ux et médecins scolaires, s'ils prétendent vouloir relancer le dialogue et donner la priorité à l'éducation dans le budget 2004, Raffarin et Chirac n'ont cédé sur aucun des dossiers essentiels.

Sur un plan plus local, les récentes annonces de l’I.A. confirmant pratiquement toutes les fermetures prévues en y ajoutant même deux autres (maternelles Croix blanche et Renaissance) et le refus d’ouverture sur la maternelle République, donnent une parfaite illustration de cette nouvelle volonté de dialogue.

Alors à ce gouvernement dur d'oreille nous devons le dire haut et fort : aujourd'hui comme hier nous exigeons
- Le retrait des lois de décentralisation, prélude au démantèlement progressif du service public et de ses missions (projet de loi sur les universités)
- La suppression du projet de territorialisation des TOS et du statut d'Assistant d'éducation
- Le retrait de la loi Fillon sur les retraites, le droit à une retraite décente pour tous, à 60 ans, après 37,5 années de cotisation.
- Un budget qui permettra à l'Education Nationale de faire face à la rentrée dans des conditions satisfaisantes.

Notre responsabilité et l'importance des enjeux restent la même à cette rentrée. Tous ensemble, retrouvant le chemin de l'action unitaire, (quelles qu'en soient les formes), nous devons et nous pouvons contraindre le gouvernement à entendre les aspirations des parents et des enseignants pour un service public d'Education Nationale, démocratique, garantissant l’égal accès à l'éducation de tous, sur tout le territoire, et doté des moyens nécessaires à son fonctionnement.

Soyons toujours plus nombreux pour discuter et agir tous ensemble :
- mardi 9 septembre 17h30 à Franklin A.G. unitaire
- Manifestation mercredi 10 septembre à 17 H
Départ Inspection académique
- vendredi 12 septembre 17h30 à Franklin (A.G. ouverte à tous sur les maternelles)
- samedi 13 septembre « 6 heures contre la régression sociale », forum débat à la rencontre de la population havraise (10h marché Caucriauville, 14h Rond-point (croisement rue Demidoff/ cour de la République), 15h ZAC Coty (parvis Anatole France), 17h débat/spectacle de clôture)
10/09/03