RESOLUTION DE LA CONFEDERATION FO, 10 JUIN.


La Commission exécutive de la Confédération FORCE OUVRIERE s'est réunie aujourd'hui même, 10 juin. Elle a adopté une résolution qui se conclut ainsi :

"La Commission exécutive confédérale déclare que seule la grève générale interprofessionnelle, menée dans l’unité d’action, pourrait amener le gouvernement à la table des négociations. Cette déclaration vaut mandat pour la délégation FO qui se rendra à la réunion des organisations syndicales ".

La confédération Force Ouvrière va donc rencontrer les autres organisations syndicales pour leur proposer de lancer l'appel commun à la grève générale interprofessionnelle.

Le texte intégral de la déclaration :

DÉCLARATION DE LA COMMISSION EXÉCUTIVE CONFÉDÉRALE de FORCE OUVRIERE

Réunie à Paris le 10 juin 2003, jour où, à nouveau, sur tout le territoire, les salariés ont manifesté et cessé le travail, la Commission exécutive de la CGT-FORCE OUVRIÈRE dénonce le mépris gouvernemental vis-à-vis des millions de salariés qui, depuis des semaines, refusent de manière déterminée la contre-réforme du gouvernement et exigent une autre réforme, basée sur une répartition différente des richesses garantissant la solidarité et le respect des valeurs républicaines.

Constructive dès le début, avant l’annonce officielle du contenu du projet de loi, l’expression syndicale s’est confrontée à une rigidité gouvernementale qui s’est caractérisée par un refus de voir, d’entendre et de négocier, préférant de manière préméditée la communication au dialogue, la politisation à la négociation.

Aujourd’hui, alors que le débat s’ouvre au Parlement, la Commission exécutive de la CGT-FO décide d’adresser aux groupes parlementaires une lettre exposant les analyses, positions et revendications de la CGT-FO et demande à ses unions départementales de la faire valoir localement aux parlementaires.

Elle demande par ailleurs aux pouvoirs publics, au titre de la démocratie, d’accepter le principe d’un débat télévisé à une heure de grande écoute.

Pour la Commission exécutive, face à un problème de société, aucune réforme ne peut être présentée comme étant la seule possible. Des alternatives existent, la négociation et le débat étant démocratiquement à même de dégager des solutions.

Considérant que par son comportement le gouvernement s’inscrit dans une logique de tensions accrues en misant sur le pourrissement du conflit et l’utilisation de mesures répressives - ce qui aura des conséquences en termes de démocratie et de cohésion républicaines - la Commission exécutive confédérale déclare que seule la grève générale interprofessionnelle, menée dans l’unité d’action, pourrait amener le gouvernement à la table des négociations. Cette déclaration vaut mandat pour la délégation FO qui se rendra à la réunion des organisations syndicales.

Paris, le 10 juin 2003
10/06/03