En juin 2003, allons à la pêche


En juin 2003, allons à la pêche http://reseaudesbahuts.lautre.net/

Lisez cet abrégé, vérifiez ces informations, parlez-en autour de vous...

Télécharger ce fichier : peche2.rtf

Les enseignants, les étudiants, les citoyens manquent d'informations. En juin 2003, allons donc à la pêche…

Quelques perles de l'avant-projet de loi Ferry: "autonomie des universités"

Pour le projet détaillé, téléchargez les 25 fiches officielles http://www.snesup.fr/navigation/general/banniere.php?id=37423

"Remise en cause du caractère national des diplômes": si la valeur d'une Licence dépend du palmarès que L'Express va publier tous les six mois, pourquoi pas non plus un Baccalauréat régional ? Le Monde, 10 mai 2003

Un "budget global": Expérimentée dès 2004 dans l'Académie de Rennes (pour le primaire et le secondaire), cette mesure explosive sera effective dans le supérieur dès 2003 : salaires et fonctionnement formeront un budget unique. A Orsay, on pourra ainsi payer le chauffage avec le salaire des enseignants chercheurs.

Universités incitées à créer en leur sein des organismes à but lucratif : Le projet " ouvre la possibilité pour tous les établissements d’enseignement supérieur de créer des services d’activités industrielles et commerciales (SAIC) (…) " . cf. fiche n°19, voir lien ci-dessus)

Le savoir, la science et la recherche en danger

"Les Universités devraient avoir le droit de moduler les obligations de services des enseignants chercheurs en fonction de leur stratégie de politique universitaire. (…) Cela devra se faire sans création d'emplois".

Luc Ferry, discours de Poitiers, 21 mars 2003, http://www.snesup.fr/navigation/general/page.php?ndoc=376

"Cette année, les crédits de fonctionnement (hors salaires) des Établissements publics à caractère scientifique et technique (EPST) comme le CNRS, l'Inserm ou l'Inra (recherche agronomique) ont été réduits d'environ 30%." Le Figaro, 12 mai 2003 http://www.lefigaro.fr/sciences/20030512.FIG0184.html

La Retraite : La Réforme Fillon a pour principe général d'allonger la durée de cotisation (41 ans en 2008, 42 en 2012, le Medef souhaite 45 annuités) et de diminuer de montant des retraites. Cette méthode, qui fut celle de Balladur en 1993 et de Juppé en 1995, "a eu pour effet dans le privé de faire baisser les pensions de 20 à 40 % sur 20 ans", sans pour autant financer le système par répartition du privé.. Libération, 12 mai 2003

Fonds de pensions : "François Fillon a annoncé que la sortie des plans partenariaux d'épargne salariale volontaire (PPESV) pourrait se faire "en rente ou en capital". (…) Les PPESV se verraient ainsi transformés en fonds de pensions d'entreprise." La Tribune (quotidien économique et financier), 6 mai 2003, p. 8 http://www.latribune.fr/

Une autre réforme est possible : consultez par exemple l'article de l'économiste Jean-Paul Piriou "Cotisons dans la bonne humeur". Au passage, on comprend pourquoi le gouvernement et le MEDEF s'opposent à l'option qui consiste à "augmenter de quelques 14 points [ d'ici à 2040] le taux de cotisation pour la retraite, soit une variation annuelle de 0,34 point." Le Monde, Vendredi 9 mai 2003 http://www.lemonde.fr/

La précarité : Près de 25 % des salariés du public (1,3 million sur 5,5 millions) sont contractuels ou précaires. Le Monde Diplomatique, mars 2002 http://www.monde-diplomatique.fr/2002/03/BITOUN/16301

Fin du RMI et main d'œuvre à 2 euros/heure. "Pour le prix d'un smicard à temps plein, des entreprises (…) pourront s'offrir trois allocataires du RMA disponibles chacun 20 heures."

Libération, 8 mai 2003 http://www.liberation.fr/page.php?Article=109142

Les budgets en chute libre : la rigueur est officielle mais Raffarin a refusé de rendre publique les "lettres de cadrage" envoyées à la Culture, l'Education, la Santé, les Affaires sociales etc., qui n'annonceront pas avant juin leurs coupes budgétaires. (Pourquoi pas le 31 juillet ?). "Ce sont près de 10 milliards d'euros d'économies que les ministres devront mettre sur la table." Libération, 12 mai, http://www.liberation.fr/page.php?Article=109801

La décentralisation dans l'Education nationale

Mise au chômage de 20000 emplois-jeunes et suppression de 5 600 postes de surveillants. Ces derniers pouvaient financer leurs études en travaillant (quel privilège !). http://44.snuipp.fr/ag_mi_se_ae_13_11_02.htm

Le tranfert aux collectivités territoriales de 110000 assistants sociaux, conseillers d'orientation psychologues, médecins scolaires, TOSS; le changement des missions prépare la privatisation de secteurs entiers. http://www.fsu.fr/

Le statut de professeur remplaçant (TZR) disparait. Les futur remplaçants rejoindront la cohorte des précaires ci-dessus dénombrée. http://www.besancon.snes.edu/Rentree_2003/rentree_2003.html

L'A.G.C.S. (Accord Général sur le Commerce des Services) met en place la libéralisation de tous les services (éducation, santé, culture…) en préparant un cadre juridique mondial où le commerce fait loi.

Téléchargez entre autres la proposition faite par les USA à l'OMC le 18 décembre 2000, dans le cadre de AGCS, chapitre "service d'éducation". http://www.wto.org/french/tratop_f/serv_f/education_f/education_f.htm

Ce second texte n'est pas exhaustif ! Olivier Thircuir, Professeur de français au Collège Néruda, Aulnay sous bois, le 18 mai 2003.

Lire aussi : En mai 2003, allons à la pêche

20/05/03